2002 DEL symposium

La journée du 26 juin 2002 organisée au Ministère de la Recherche à Paris (Amphi Stourdzé, Ancienne Ecole Polytechnique) s’inscrit dans le cadre du Programme de la Société de l’Information du CNRS et plus particulièrement de la recherche « Les citoyens-internautes dans l’espace public local » présentée en octobre 2001 par Gérard Loiseau et Stéphanie Wojcik avec le groupe « Figures Sociales de l’Internaute » du CERTOP/CNRS.

L’objectif de cette journée est double :

– Procéder à un échange scientifique
Les chercheurs ont été confrontés à un foisonnement de discours théoriques et politiques sur les incidences supposées de l’introduction des techniques réticulaires dans le fonctionnement de la démocratie locale. Des travaux épars, monographies et enquêtes quantitatives, viennent nuancer ou contredire ces discours. Les premières recherches éclairent certaines réalisations, fournissent des démentis à une vision déterministe de l’évolution de la démocratie locale lors de l’utilisation de dispositifs numériques, mais laissent en suspens force questions : la participation des citoyens aux rubriques interactives comme les forums se traduit-elle par la régression d’une apathie civique tant stigmatisée et conduit-elle à des formes renouvelées de démocratie participative ? L’utilisation par les mairies d’outils de communication électronique agit-elle comme un révélateur de leur conception de la démocratie ? Quelle est la nature des liens qui se tissent autour des réseaux numériques entre l’espace institutionnel et l’espace public local ? Dans quelle mesure la gestion et le fonctionnement des espaces publics numérisés sont-ils le témoin d’un accroissement de la participation citoyenne ? A quel niveau l’appropriation sociale d’Internet intervient-elle dans le comportement politique des internautes dans l’espace public local ? etc..

Cette journée d’étude sur la démocratie électronique locale sera cantonnée à un échange scientifique sur l’observation des modes électroniques d’exercice du pouvoir politique institutionnel. Elle privilégiera le rôle des acteurs municipaux autour de trois problématiques principales : la dimension dialogique des sites Internet municipaux ; la démarche de marketing politique des élus locaux en quête de légitimation ; les procédés décisionnels en cours d’expérimentation comme le vote électronique.
Ces questions ne sauraient être abordées, nous semble-t-il, en restreignant la réflexion collective à une unilatéralité du rapport des techniques électroniques sur le pouvoir politique local. Notre démarche méthodologique inclut une nécessaire contextualisation des réseaux numériques dans leur environnement, régional, national, voire international. De multiples logiques, institutionnelles, sociales, culturelles, économiques, géopolitiques nous paraissent devoir être saisies pour appréhender l’articulation entre politique locale et dispositifs numériques. L’appréciation théorique des modes électroniques de participation à la décision locale dépend, par exemple, à des degrés variés, des pratiques démocratiques que les élus locaux mettent en œuvre habituellement.

Corréler des discours juxtaposés, sur la démocratie électronique locale d’une part et la démocratie électronique d’autre part, sur l’ensemble de la politique promotionnelle des villes et les dispositifs électroniques de marketing gestionnaire ou électoral, sur le vote et les techniques électroniques de votation, devrait déboucher sur de fructueux échanges. Le choix des interventions reflète cette démarche, le national côtoyant le local, l’électronique les modes traditionnels d’expression politique, la sensibilité disciplinaire politiste celle de l’information-communication, la profondeur historique les observations des phénomènes actuels.

Cette journée, grâce aux travaux présentés et aux débats suscités, devrait contribuer à l’identification des recherches existantes, à la visibilité des résultats obtenus et des analyses subséquentes, et à la mise en place d’une dynamique scientifique susceptible d’enrichir notre problématique sur l’éventuel renouvellement (électronique) des formes d’exercice du pouvoir institutionnel, ces formes devant elles-mêmes être mises en perspective avec les évolutions générales et historiques de la communication politique municipale et de la démocratie locale.

– Rassembler les chercheurs qui axent tout ou partie de leurs travaux sur la problématique de la démocratie électronique locale
Les travaux dans notre domaine sont éparpillés et insuffisamment connus. Principalement réalisés dans trois disciplines, science politique, sociologie et sciences de l’information et de la communication, ils n’ont pas fait jusqu’alors l’objet de recensement systématique. Cette situation est préjudiciable à l’émergence de recherches collectives et structurées.

La préparation et la tenue de cette journée d’étude devraient faciliter la recension de ce milieu scientifique éclaté, l’identification des thèmes abordés et des problématiques mobilisées, la présentation des travaux repérés, les premières démarches en vue de la constitution d’un réseau national, puis international, éventuellement sous l’égide du GDR (groupement de recherche) TICS (Technologies de l’Information et de la Communication en Société) du CNRS.

Nous présenterons en fin de matinée du 26 juin un recensement des travaux sur la thématique « Pouvoir politique et Internet ». Ils seront aussi publiés ultérieurement dans un document complété par une synthèse des interventions de la journée.

Afin de constituer ce réseau nous vous suggérons de nous faire parvenir par courrier électronique la présentation de vos travaux, quel que soit l’état de leur avancement et votre statut. Les personnes ne pouvant participer à cette journée d’étude sont également invitées à nous faire parvenir la fiche suivante :

Nom, prénom
Fonction ou activité ou statut
Université, laboratoire ou organisme
Thème et résumé de la recherche (10 lignes maximum)
Publications (5 maximum)
Courrier électronique

Comments are closed.